Alsace. Une langue qu'on assassine

Le livre noir du jacobinisme scolaire

Alsace, une langue qu’on assassine
Le livre noir du jacobinisme scolaire

Cet ouvrage n’est pas qu’un simple livre : il se veut être un témoignage fort pour « l’Histoire » afin que les futures générations alsaciennes, mais aussi les historiens qui voudront se pencher sur notre histoire linguistique, comprennent pourquoi notre langue est à présent moribonde. Pourquoi la rupture de la continuité culturelle a failli être consommée et pourquoi nous sommes en passe de devenir des mutants linguistiques !

 

  • Préface de Roland Oberlé 
  • Introduction – Bernard Wittmann
  • Qu’est-ce que le jacobinisme ? – J.-Michel Niedermeyer
  • Petite histoire récente de la place des langues à l’école en Alsace – Yves Rudio
  • Die Orte einer Sprache – J.-Michel Niedermeyer
  • Idéologique, méthodique, efficace et mortifère – François Schaffner
  • L’Alsace au XXe siècle, retour sur une mutation linguistique – Bernard Schwengler
  • Sauvegarde des langues régionales et préservation de la biodiversité – Dominique Beinsteiner
  • Elsässischer Heldemuet – Joseph Schmittbiel
  • Elsässische Sprache, in Bilder und Karikaturen (ab 1789)  – J.-Michel Niedermeyer
  • Avec une seule clé, nous sommes verouillés ! – Henri Scherb
  • « Le frensé é une lengue admirabl, sa finés é sa subtilité forsse l’admirassion et le réspé » – Jean Peter
  • De la blessure symbolique à la blessure physique  – Thierry Kranzer
  • Les tribulations linguistiques de Schangi – Jean Eglin
  • Le fonds international pour la langue alsacienne – Filal – Christine Metzger
  • Les sophismes du jacobinisme français, entre duplicité et rouerie – Philippe Steinmetz 
  • Témoignages alsaciens    :
    • Défendons l’alsacien
    • Les dictatures en rêvent !
    • En Moselle germanophone aussi…
    • Le monolinguisme comme objectif français en Lorraine – Gérard Botz
    • En Moselle germanophone après 1918. Des affaires qui fâchent – François Schaffner
  • Une législation liberticide à l’origine de la disparition de la presse germanophone en Alsace-Moselle – Philippe Mourraux
  • Témoignages mosellans
    • Dau Schomeschter ! Toi, maître d’école !
    • Petit conte à l’intention de ceux qui méprisent les « patois »

Les témoignages publiés recouvrent toute l’Alsace et une partie de la Moselle. C’est bien la preuve qu’il s’agissait d’une politique globale élaborée et planifiée au plus haut niveau de l’État, le rectorat n’étant qu’une courroie de transmission, comme en attestent quasiment tous les règlements scolaires de l’immédiat après-guerre. Le système de brimades, de vexations, d’humiliations et de punitions était semble-t-il laissé à la discrétion de chaque instituteur en fonction de la situation particulière de chacune des écoles, du spectre linguistique de chaque classe et de son adhésion intime à ces méthodes. 

SALDE.  350 pages, format A5.  18 €